COMMENT EVITER LA MALADIE A VIRUS EBOLA DANS NOTRE COMMUNAUTE ?

 IMG_0851[2]

 

IMG_0852[1]

 

 

 

 

 

 

 

ACTIVITE SCIENTIFIQUE

IGNAME HARICOT (Sphenostylis stenocarpa) Aliment local hautement nutritif

IMG_0850[1]Le Secrétaire Général Administratif de l’Université de Kinshasa, le Professeur Ingénieur Joseph KATANGA KABALEVI, de la Faculté des Sciences Agronomiques, a procédé à l’exposition de la plante IGNAME HARICOT à l’Amphithéâtre Léon de Saint MOULIN, le mercredi 03 septembre 2014 de 10 h00’ à 18 h00’.

C’est dans le cadre de la recherche scientifique au niveau de la Faculté des Sciences Agronomiques, plus précisément,  au Département de Phytotechnie que cette plante a été présentée à la communauté universitaire et à la population congolaise.

IGNAME HARICOT est une plante naturelle dans la flore de la République Démocratique du Congo et de beaucoup de pays d’Afrique, du Sénégal jusqu’au Mozambique. Scientifiquement, elle est appelée SPHENOSTYLIS STENOCARPA. Elle donne des graines et sous terre des tubercules.

Déjà depuis des siècles dans certaines zones d’Afrique et de la République Démocratique du Congo, les populations consomment des graines et des tubercules en cueillette ou des plantes semées ou encore cultivées.

Cette plante est connue populairement dans la Province du Bandundu sous le nom de FHUYU, NTA, N’TEM, dans le Bas-Congo PEMPO, M’PWEMPWE et au Katanga SEVU SEVU, KALUNGA MUTETE, AMALUMBWE. A Kinshasa, elle est peu connue.

IMG_0849[1]Comme aliment, elle présente un potentiel nutritionnel exceptionnel. Ses graines sont riches en protéines, soit 21 29 %. Ses tubercules sont, sur poids frais, riches en protéines soit 11 à 19 % par rapport à la pomme de terre (3% max, à la patate douce (4% max), aux ignames Dioscorea (3% max) et au manioc (1,3% max).

Pour le Professeur KATANGA, IGNAME HARICOT peut se manger en crue sous forme de tranche ou de salade, en bouillie, en frite, aussi en mélange aux beignets. Il  souhaite que l’IGNAME HARICOT devienne une plante agro-alimentaire. Le pari est de permettre à cette plante d’être cultivée à grande échelle selon les techniques agricoles modernes et d’être consommée en croquette, en chips et en purée comme cela se fait déjà avec la pomme de terre.

Dans cette exposition, nous avons noté la présence de plusieurs personnalités, notamment : le Secrétaire Général Académique, l’Administrateur du Budget, les Professeurs, les Scientifiques, les Administratifs et les Etudiants. Tous ont goûté de cet aliment local hautement nutritif.

IMG_0848[1]